Crise des réfugiés en Grèce

The camp of Eidomeni (Idomeni), on the border with Macedonia. It has become a dead end in the journey of these thousands of refugees who are trying to reach Western and Northern Europe (Germany, Scandinavia). It is in the port of Piraeus in Athens that all those who were able to reach the mainland after arriving on the Greek islands on their precarious boats gather. As the borders have been closed for several weeks, they will now wait for a decision to be taken for them and the 45 000 people currently present on Greek territory. Agathonisi Island, south of Samos. This small island (120 inhabitants), has seen more than 30,000 people pass through since September, arriving by boat from Turkey. Two Afghan families are on the island at the same time as us. They arrived with a “speedboat” on the night of Monday 21 March and will in theory be sent back to Turkey under the application of the EU agreement.

Le camp d’Eidomeni (Idomeni), à la frontière avec la Macédoine. C’est devenu une impasse dans le parcours de ces milliers de réfugiés qui cherchent à gagner l’Europe de l’ouest et du nord (Allemagne, Scandinavie). C’est dans le port du Pirée à Athènes que se regroupent tous ceux qui ont pu accéder au continent après être arrivés sur les îles grecques sur leurs embarcations précaires. Les frontières étant fermées depuis plusieurs semaines, ils vont maintenant attendre qu’une décision soit prise pour eux et les 45 000 personnes actuellement présente sur le territoire grec. Ile d’Agathonisi, au sud de Samos. Cette petite île (120 habitants), a vu passer plus de 30 000 personnes depuis le mois de septembre, arrivées en bateaux depuis la Turquie.
Deux familles afghanes sont sur l’île en même temps que nous. Arrivées avec un “speedboat” dans la nuit du lundi 21 mars, elles seront en théorie renvoyées vers la Turquie en vertu de l’application de l’accord de l’UE.